Twitter

CinéManiaCannes 2009



www.cinemaniacannes.fr

Le Blog invité au 62° festival de Cannes par
Orange Cinéma Séries..
.

Le blog dans la sélection La Boite à blogs sur
le site
www.lemonde.fr...
 

CinéManiaCannes 2008

   
www.cinemaniacannes.fr

CinéManiaCannes

 


 

 

 

 




Cannes 2009 de J1 à J12

Espagne et Italie mardi, quand Almodovar veut la palme et "Vincere" de Bellocchio la peau du Duce

J7, mardi 19 mai 2009



19 - 05
2009
Version imprimable -Commenter l'article


  
 
Vu et photographié! aujourd'hui les trois présidents de jury, Isabelle Huppert, présidente du jury de la sélection officielle, Paolo Sorrentino,  président de la section parallèle Un Certain regard, et Roschdy Zem de celui de la Caméra d'or. Madame Huppert est passé très cool en faisant un petit signe de la main, sans s'attarder trop non plus, la classe... La diva anti-diva, à la fois inacessible et simple, se rendait à la projection d'"Etreintes brisées" d'Almodovar présenté à 19h30 et on l'a revue ensuite à celle de 22h20 "Vincere" de Marco Bellochio, précédé d'une réputation d'ennui colportée par ceux qui l'avaient vu le matin, non usurpée, je dois dire... On ralentit le rythme, le manque de sommeil aidant,  la fatigue se fait sentir, la plage Orange, j'en sors, j'y retourne, je vais me déguiser en chic pour monter les marches d'"Etreintes brisées", puis, je change d'avis, je décide de troquer ma place pour l'Amodovar (qui sort le lendemain en salles dans toute la France) contre une invit pour "Vincere" de Bellochio et tente auparavant mon Pass cinéphiles déclassé depuis dimanche pour "L'Enfer" de Clouzot, je me fais virer méchamment, c'était loin d'être complet, les frères Dardenne, qui ont donné la leçon de cinéma du festival 2009, s'y rendent d'un pas alerte. J'avais déjà été expulsée d'un canapé de la plage Orange où le restaurant Costes ne met pas les formes pour vous dégager, et de deux! (Cannes, c'est au moins trois portes qui claquent par jour). Cette mise au rebut me permet de rencontrer l'équipe du blog Cannesenlive, Jerôme, Sébastien et Olivier, de qui je récupère l'invit sur la plage le Goéland et je leur emboite le pas pour dîner, un vrai dîner au resto en parlant ciné, sans avaler une salade au lance-pierres, ça se fête... Depuis une semaine qu'on galope, je ne voyais aucun cinéblogueur que sur des textos, je me rattrappe... Un gâteau au chocolat avec Sandra de "In the mood for Cannes" en rentrant à l'hôtel, un verre nocturne avec mon Voisin blogueur Jonathan de Tadah! blog en sortant de la projection de "Vincere".

Cependant, je dois dire que la joie de monter les marches ce soir a été grandement écornée de voir quantité de cinéphiles quémander dans le noir aux marches du Palais comme moi la veille : ils ont une invit marron mais ils ne passent pas, ils me demandent de changer la leur contre la mienne qui est bleue,  j'en ai le coeur serré... Oui, après cette douche froide d'avoir changé le règlement dimanche matin sans crier gare, d'avoir changé les règles du jeu en cours de partie et donc décidé soudain qu'on n'accepterait plus les Pass cinéphiles avec une invit marron (compatible en principe avec tous les Pass), que les détenteurs de Pass cinéphiles devraient chercher une invit bleue comme les gens qui ne sont pas accrédités du tout, le coeur n'y est plus s'il en restait encore à Cannes dans cette ambiance cadenassée VIP avec vigiles appelant la sécurité pour un oui ou un non, festivaliers niant mollement la crise, rues désertées hors WE ; cette manip de nier les cinéphiles voyant leur existence rayée de la carte cannoise d'un coup d'humeur administrative, donne le ton de qui on souhaite voir aux séances du Palais des festivals : surtout pas les cinéphiles...
 

  




 
"Vincere" de Marco Bellochio


sortie 19 novembre 2009

 
Un film surchargé, c'est ce qui vient à l'esprit, préoccupé essentiellement d'esthétisme, avec un sujet passionnant que le réalisateur réussit à dévitaliser complètement, un tour de force... Le film retrace la vie d'Ida Dasler, maîtresse de Mussolini, le futur Duce ayant déjà une famille avec sa future épouse Rachele, dont cette femme amoureuse et exaltée aura un héritier qu'il reconnaitra, puis niera, un fils nommé  Benito (junior). Si on voit surtout Ida Dasler à l'écran, c'est de Mussolini et du fascisme que le film parle, ce qui explique peut-être le peu d'intérêt qu'on ressent à regarder froidement la descente aux enfers de cette femme quand, en fait d'empathie, le réalisateur tente le doublé de démontrer que calvaire d'Ida = calvaire de l'Italie sous Mussolini, lui, l'absent, abordé dans la seconde partie par images d'archives. 


 
Un ancien syndicaliste du PS ivre de pouvoir et de puissance, que ce soit politiquement ou sexuellement, défiant Dieu (première scène), n'hésite pas à exhorter à la guerre, s'oppposant au PS pacifiste, avec l'objectif de  prendre le commandement de l'Italie, de devenir le Duce règnant sur ses sujets. Mussolini va rayer de sa vie Ida Dasler, qui s'est ruinée pour financer son premier journal, en quelques minutes au retour de la guerre. Mais celle-ci va se condamner en voulant faire savoir qu'elle est la mère du fils du Duce, en hurlant la vérité, en écrivant sans relâche à toutes les autorités italiennes. Pour la faire taire, le tyran la fera enfermer, la séparera de son fils qu'il enverra aussi à l'asile. Les deux y finiront leurs jours. Dès le début du film, on a des inserts d'Ida le visage ravagé à l'asile, effets pesants et surnuméraires quand la majorité du film va suivre ensuite Ida d'un asile à l'autre, ce qui paraît largement suffisant.

Tableau ancien truffé d'envolées lyriques au propre et au figuré avec une belle patine par moments, hormis la performance d'actrice de Giovanna Mezzogiorno, avec qui le réalisateur redescend ensuite les marches (photos à leur sortie de la salle), on s'ennuie souvent ferme dans ce patchwork compliqué et pompeux, pourtant la salle applaudira longtemps après la projection, touchée par le récit, soulagée d'avoir sous le nez une violence supportable après le choc du Lars Von Trier de la veille...

 
 

 
De la Plage Orange au soleil... J7...

Plage Orange sous le cagnard, les peaux cramoisies de certains festivaliers affalés en témoignent... Je m'en vais faire un tour à l'ombre d'un paravent où on tourne l'émission quotidienne (destinée au web et aux mobiles) du
buzz média Orange.fr / Figaro.fr, accueil très sympa, ce qui tranche avec l'angle anti-convivial du restaurant Costes hébergé sur place...

7 minutes de rencontre flash avec Anne-Florence Schmidt, la directrice de la rédaction de Madame Figaro, répondant aux questions de Renaud Enguérand, rédacteur en chef  médias et technologie du Figaro.fr, à propos de la sortie le 4 mai d'un CD "Madame aime", réunissant  13 actrices françaises versant dans la chanson par exception (dont Isabelle Carré, Sylvie Testud, Rachida Brakni, Cécile Cassel, Léa Drucker, etc...)




La très chic directrice de Madame Figaro arrive sur le plateau improvisé du buzz média sur la Plage Orange, maquillage express, eau minérale, top départ. On parle de cinéma et du tropisme de Madame Figaro plus pour les actrices que pour le cinéma (au sens cinéphile du mot), c'est ce que j'en déduis à sa manière de parler des actrices un peu comme de femmes au superlatif... Le glamour des actrices, qui, pour l'invitée, est à la fois la femme "support" d'identification et celle qui fait rêver, en deux mots, celle à qui on voudrait bien s'identifier (avec la lecture des magazines, les photos, la mode, c'est plus facile)... D'où qu'elle ne trouve pas choquant le tandem actrices et pubs comme, par exemple,  Marion Cotillard pour un sac à main sac Dior (mini-film noir tourné par Olivier Dahan). Son coup de coeur pour l'heure dans la sélection officielle : "Looking for Eric" de Ken Loach avec Cantona, qui a monté les marches lundi avec sa compagne Rachida Brakni qui fait partie de l'aventure CD  "Madame aime" dont Anne-Florence S est venue parler, elle l'aime bien, ça se sent... Elle les M toutes... et déguste la prochaine sortie de 2 chansons inédites*** en bonus pour le CD "Madame aime" qu'on pourra télécharger en ligne à partir du 29 mai...

***2 duos inédits avec dans le désordre... Isabelle Carré, Sylvie Testud, Léa Drucker, Cécile Cassel.



Les sections parallèles :

Le coup de coeur Tadah!blog : "I Love you Phillip Morris" de Glenn Ficarra et John Requa à la Quinzaine des réalisateurs, affluence record, trois heures de file d'attente...


Cannes chez soi...

Comme je suis invitée par Orange à suivre le 62° festival de Cannes (
voir mon billet précédent...), outre mon billet de la Plage Orange entre J1 et J12, je donnerai tous les jours une idée de programme qui me plait sur Orange Cinéma Séries spécial Cannes du lendemain...



Faisant partie du cycle en hommage aux 50 ans Nouvelle vague (Truffaut/Godard)
et Bresson sur Orange Cinéma Séries spécial Cannes,  rediff de "L'Argent" (1982), dernier film de Robert Bresson qu'il tourna à plus de 80 ans, sur Orange cinégéants le mercredi 20 mai à 0h10. 

Mots-clés : , ,



Share


5063
Lectures
0
commentaire
Commenter l'article

GB. - It. - Pt. - De. - Es.


Article précédent - Commenter - Article suivant -


(c) 2008 - CineManiaC

turbine sous Viabloga grâce au thème Clap de Labosonic.

Mentions légales

Contact - Liens - Newsletter