Twitter

CinéManiaCannes 2009



www.cinemaniacannes.fr

Le Blog invité au 62° festival de Cannes par
Orange Cinéma Séries..
.

Le blog dans la sélection La Boite à blogs sur
le site
www.lemonde.fr...
 

CinéManiaCannes 2008

   
www.cinemaniacannes.fr

CinéManiaCannes

 


 

 

 

 




Cannes 2009 de J1 à J12

Palmarès du 63° festival de Cannes et critique de la Palme d'or "Oncle Boonmee..." d'Apichatpong Weerasthakul



23 - 05
2010
Version imprimable -Commenter l'article


 
Palmarès paradoxalement brillant pour une sélection morose, de niveau inégal, dont se sont plaint de nombreux festivaliers tout le long de  cette 63° édition. Palme d'or à "Oncle Boonmee, celui qui se souvient des vies antérieures" qui suscite aussitôt des réactions de la presse type "un choix radical!" Or, il suffit d'avoir vu un seul film du thailandais Apichatpong Weerasethakul pour comprendre aussitôt que ce réalisateur est au dessus de la mêlée. La première question à Tim Burton à la conférence de presse qui a suivi le palmarès fut d'ailleurs "est-ce que vous avez déjà vu un film de Apichatpong Weerasethakul?, réponse négative... Prix du scénario à "Poetry" de Lee Chang-dong, l'auteur du magnifique "Secret Sunshine", prix du jury à Mahamat Saleh Haroun pour "Un Homme qui crie", premier film africain en compétition depuis des années. A part ça, la France se taille une belle part du gâteau avec Mathieu Amalric prix de la mise en scène pour son premier long-métrage "Tournée", Xavier Beauvois, Grand prix pour "Des Hommes et des dieux", enfin, le cas Juliette Binoche : voilà une actrice louée par tous, omniprésente, figurant seule sur la photo officielle du 63° festival de Cannes, qui obtient ensuite le prix d'interprétation féminine pour "Copie conforme" d'Abbas Kiarostami et ne trouve rien de mieux à faire en allant chercher sa Palme que de se plaindre en direct de Thierry Frémeaux qui avait programmé son film à 22h... (et donc pas à l'heure chic 19h...) A noter que la Palme d'or venait à peine de trouver un distributeur pour la France : Pyramide.
 

 
Juliette Binoche, Mathieu Amalric lors du photocall après le palmarès

       

PALMARES 2010

Prix du jury
"Un Homme qui crie" de Mahamat Saleh Haroun (remis par Asia Argento),
sortie 22 septembre 2010

Prix du scénario
"Poetry" de Lee Chang-dong (remis par Emmanuelle Devos), sortie?

Prix de la mise en scène

Mathieu Amalric pour "Tournée"  (remis par Kirsten Dunst) sortie 30 juin 2010


Prix d'interprétation féminine
Juliette Binoche pour "Copie conforme"(remis par Guillaume Canet), sortie 19 mai 2010

Prix d'interprétation masculine
Javier Bardem pour "Biutiful" ex-aequo avec Elio Germano pour "La Nostra vita" (remis par Diane Kruger), sortie 25 aout et 22 décembre 2010

Grand Prix
 "Des Hommes et des dieux" de Xavier Beauvois (remis par Salma Hayek)  sortie 8 septembre 2010

Palme d'or
"Oncle Boonmee, celui qui se souvient des vies antérieures" d'Apichatpong Weerasethakul remis par Charlotte Gainsbourg / sortie?


 

conférence de presse des lauréats après le palmarès
Apichatpong Weerasethakul, Xavier Beauvois
Mahamat Saleh Haroun, Lee Chang-dong


  

     


 
 
  
Javier Bardem et Alejandro Inarritu lors de la présentation de "Biutiful" (photo Isabelle Vautier) / Javier Bardem arrivant à la soirée de clôture
 

Thierry Frémeaux et Xavier Beauvois lors de la présentation "Des Hommes et des dieux" (photo Isabelle Vautier)

 
critique de la Palme d'or 2010, "Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures" (Apichatpong Weerasethakul)
par Benoit Thevenin en direct de Cannes



Le cinéma apaisé d’Apichatpong Weerasethakul tranche avec les évènements qui meurtrissent depuis de longs mois Bangkok,‭ ‬la capitale du pays.‭ ‬Dire que le cinéaste ne rend pas compte de la réalité politique et sociale de la Thaïlande est un fait jusqu’ici pas démenti,‭ ‬mais ça ne l’empêche pas d’être un cinéaste fascinant.‭ ‬Le cinéma qu’offre Apichatpong Weerasethakul est en premier lieu sensoriel,‭ ‬puis métaphorique et poétique.‭ ‬Le cinéaste nous installe dans une ambiance qui nous fait ressentir immédiatement une véritable communion avec la nature.‭ ‬C’est ce cadre là qu’investit le cinéaste,‭ ‬qu’il nous offre et qu’il sublime.‭


Comme avec ses précédents films,‭ ‬Apichatpong Weerasethakul nous conduit dans la jungle,‭ ‬reste obsédé par les esprits et l’idée de réincarnation.‭ ‬La ballade sauvage est hypnotique tant chaque plan est un miracle dans sa composition.‭ ‬Il se dégage une impression de pureté,‭ ‬sans doute du fait de cette lumière douce et particulière qui affirme le caractère de chaque image.‭ ‬Et c’est d’abord ça que le cinéma d’Apichatpong Weerasethakul propose.‭ ‬Ses films ne sont pas intéressants d’un point de vue narratif mais sondent l’intériorité des spectateurs.‭ ‬La façon poétique dont son évoquées des thématiques universelles comme la fin de vie et la mort,‭ ‬la réincarnation,‭ ‬permet d’instaurer une connexion avec les nos propres représentations.


Apichatpong Weerasethakul invite à une sorte de méditation,‭ ‬selon une démarche singulière dont on conçoit légitimement qu’elle puisse décontenancer.‭ ‬Il faut accepter l’idée d’une expérience de cinéma,‭ ‬qui est contemplative plutôt que narrative mais qui ne manque pas d’avoir une raisonnance quand même.‭  ‬Il faut accepter la part de mystère,‭ ‬se laisser‭  ‬attraper par l’univers du film,‭ ‬la puissance des images,‭ ‬leurs caractères magique et ensorcelant.

BT/Laterna Magika



 
Le délégué et le président du festival de Cannes (photo Isabelle Vautier)


Tim Burton et Isabelle Huppert pendant le 63° festival de Cannes , le président du jury 2010, la présidente 2009 (photo Isabelle Vautier)

Mots-clés : , , ,



Share


4232
Lectures
0
commentaire
Commenter l'article

GB. - It. - Pt. - De. - Es.


Article précédent - Commenter - Article suivant -


(c) 2008 - CineManiaC

turbine sous Viabloga grâce au thème Clap de Labosonic.

Mentions légales

Contact - Liens - Newsletter